-A A +A

Les pelouses sèches

La pelouse sèche, un milieu original

On les appelle des pelouses, mais rien à voir avec le gazon de nos jardins semé, entretenu, dont le sol est souvent enrichi et les semences sélectionnées !

Elles se composent d’une végétation spontanée herbeuse et rase, poussant sur des sols* perméables* et exposés à des conditions de sécheresse et de chaleur difficiles. Pour couronner le tout, ces sols sont peu épais et pauvres en éléments nutritifs pour les végétaux... Des conditions apparemment très inhospitalières qui sont pourtant du goût de tout un cortège de petites plantes remarquables.

  1. Les pelouses sèches calcaires
  2. Les pelouses sèches sur sable
  3. Des îlots pour la flore et les invertébrés : quand le sud s'invite en région Centre
  4. Des milieux dits « relictuels* », pourquoi ?
  5. Tondre la pelouse sèche, oui mais avec les dents !
  6. Répartition potentielle des pelouses sèches sur sols calcaires en région Centre
  7. Répartition potentielle des pelouses sèches sur sables calcaires en région Centre

Quand le sable se mêle au calcaire, il est alors, pour les stades pionniers, tapissé de plantes très rases, avec la Silène conique et les fétuques ou encore la Scille d’automne. Les stades plus évolués, moins renouvelés par les crues ou moins entretenus par les lapins, sont constitués de plantes plus hautes comme l’Armérie des sables, reconnaissable à ses pompons roses, ou l’Armoise champêtre, qui font parfois ressembler la pelouse à une lande sèche.

Ces pelouses sont aujourd’hui présentes essentiellement sur les bords de rivières, comme la Loire et la Creuse, dans sa partie amont, mais aussi en Sologne, en Brenne et dans le Pays blancois, au sud de l’Indre. La plupart sont acides, tendance induite par l’acidité du sable, mais certaines contiennent un peu de calcaire, ce qui là encore a une incidence sur la végétation.

1. Les pelouses sèches calcaires

Nées du défrichement des forêts primaires, ces pelouses s’épanouissent sur le flanc sud de coteaux ou encore sur les plateaux ou causses calcaires. Elles apparaissent parfois aussi sur le sol dénudé de nouvelles carrières d’exploitation du calcaire.

Leur point commun avec les pelouses sur sable tient au fait que la roche calcaire sur laquelle elles poussent, parcourue de nombreuses fissures, est très poreuse et ne retient pas l’eau.

Le sol est peu épais, la roche affleure, les conditions sont quasi-steppiques : chaleur, aridité, pauvreté en éléments nutritifs disponibles pour les espèces végétales (azote, phosphore).

Les plantes qui s’y développent supportent ces paramètres. Il n’est donc pas étonnant de retrouver certaines espèces que l’on rencontre plus communément dans le sud de la France, sous un climat méditerranéen ou encore montagnard. Là où le sol est le plus mince et la sécheresse la plus stricte, apparaissent des plantes grasses (Orpins âcres et blancs), des mousses et lichens qui colorent de jaune et rouge la pelouse entrecoupée des formes claires des dalles calcaires. Les fréquentent aussi l’Hélianthème des Apennins, petite fleur à cinq pétales blancs, plus courante au nord du bassin méditerranéen et, jusqu'à 1800 mètres, dans les Alpes du Sud ou encore à l'ouest de l'Afrique du Nord, ainsi que l’Inule des montagnes, proche des plantes de rocaille, elle aussi plus habituellement rencontrée dans les Alpes.

Sur les zones où le sol est un peu plus épais, une graminée*, le Brome dressé, domine souvent la végétation. Les champignons en sont aussi des hôtes nombreux, très variés et moins connus car discrets. Ces pelouses sont régulièrement accompagnées de Genévriers communs qui leur confèrent une allure caractéristique. Elles sont encore présentes en Champagne berrichonne et en vallée du Cher, sur les coteaux dominant l’Eure, le Loir, l’Aigre, l’Essonne, la Creuse ou encore en Touraine et dans le Gâtinais.

2. Les pelouses sèches sur sable

Les pelouses sèches sur sable, comme leur nom l’indique, se développent sur un sol sableux. Elles se rencontrent en bords de rivière, sur les alluvions* déposées par le cours d’eau. Bien que balayé de temps à autre par les crues ou arrosé par les précipitations, ce sable très filtrant ne retient pas plus l’eau que le calcaire, si bien qu’il est le plus souvent d’une sécheresse extrême. Les conditions s’approchent donc de celles qui règnent sur les pelouses calcaires.

Contre toute attente, ces pelouses sont des habitats* de prédilection pour de nombreuses plantes, parfois qualifiées de pionnières* car elles sont les premières à s’installer sur ces milieux vierges, rajeunis régulièrement par le passage des crues.

Sur les sables acides, c’est le Corynéphore blanchâtre, une autre graminée, qui s’installe. Le milieu, marqué de zones sableuses à nu, ressemble parfois ici à un milieu dunaire coloré d’orpins, du tapis rouge de la petite Oseille, du vert bleuté des touffes de Corynéphore et du Lupin réticulé.

Quand le sable se mêle au calcaire, il est alors, pour les stades pionniers, tapissé de plantes très rases, avec la Silène conique et les fétuques ou encore la Scille d’automne. Les stades plus évolués, moins renouvelés par les crues ou moins entretenus par les lapins, sont constitués de plantes plus hautes comme l’Armérie des sables, reconnaissable à ses pompons roses, ou l’Armoise champêtre, qui font parfois ressembler la pelouse à une lande sèche.

Ces pelouses sont aujourd’hui présentes essentiellement sur les bords de rivières, comme la Loire et la Creuse, dans sa partie amont, mais aussi en Sologne, en Brenne et dans le Pays blancois, au sud de l’Indre. La plupart sont acides, tendance induite par l’acidité du sable, mais certaines contiennent un peu de calcaire, ce qui là encore a une incidence sur la végétation.

 

3. Des îlots pour la flore et les invertébrés : quand le sud s’invite en région Centre

(Pour les deux types de pelouses)

Les pelouses sont des mines d’or écologiques. Elles peuvent accueillir 40 à 50 espèces végétales par mètre carré, dont une forte proportion a un grand intérêt patrimonial. En région Centre, elles abritent à elles seules plus du quart des espèces protégées à l’échelle régionale.

Les espèces de ces pelouses en conditions extrêmes ont peu de concurrence. En effet, pour la plupart des autres espèces, plus exigeantes, il n’y a ici pas assez d’eau, pas assez d’éléments nutritifs, trop de lumière et de chaleur. C’est donc aisément que, sur les pelouses calcaires, la très belle Anémone pulsatile étale ses pétales violets autour de son cœur jaune d’or. Elle est accompagnée de nombreuses orchidées, plantes emblématiques de ces milieux, parmi lesquelles on peut admirer les Ophrys abeille, bourdon ou mouche aux noms d’insectes traduisant des mœurs étonnantes, ainsi que les Orchis bouffon, pyramidal ou encore bouc, cette dernière répandant une odeur bien particulière à ne pas mettre à portée de tous les nez…

La multitude de plantes est une invitation pour de nombreux insectes tout aussi divers dont beaucoup de papillons. L’Azuré du Serpolet par exemple est une espèce bien particulière dont le développement dépend de la présence conjointe d’une plante des pelouses, l’Origan, et d’une fourmi rouge Myrmica sabuleti. Flambés et azurés de toutes sortes côtoient de nombreux criquets comme les oedipodes, aux couleurs éclatantes visibles seulement lorsque s’envolent ces insectes à ressorts. Le chant des cigales finit de donner aux lieux toutes les apparences du sud. La profusion d’insectes profite à quelques oiseaux comme le Bruant jaune ou l’Alouette lulu…

Les paysages que ces pelouses offrent, riches en couleurs et en odeurs, font de ces milieux des secteurs de promenade chaleureux !

Quelques-unes des richesses des pelouses sèches

L'anémone pulsatille L'Ophrys abeille L'Azuré du Serpolet

A gauche et au milieu : l'Anémone pulsatille et l'Ophrys abeille
(crédit photos : Conservatoire - I. Gravrand et D. Greyo)

A droite : L'Azuré du Serpolet
(crédit photo : Conservatoire - M. L'Hospitalier)

4. Des milieux dits « relictuels* », pourquoi ?

De telles pelouses, il n’y en a plus beaucoup en région Centre, et ceci est vrai également à l’échelle européenne. Elles trouvent encore place aujourd’hui sur de petites surfaces, souvent dispersées.

Nées d’un entretien pluriséculaire lié à un débroussaillage et à un pâturage mis en place par l’homme devenu sédentaire au Néolithique (environ 5000 ans avant J.C.), elles occupaient encore jusque dans les années 1950 des surfaces beaucoup plus étendues.

Le pâturage qui permettait leur entretien a rapidement cessé après la seconde guerre mondiale, livrant les plus pauvres d’entre elles aux broussailles et aux fourrés, ou faisant de quelques autres des zones cultivées de façon intensive.

Car c’est ce qui guette de façon générale ces milieux jugés peu intéressants et souvent abandonnés : l’embroussaillement et l’évolution progressive vers le boisement. La végétation de la pelouse se modifie au profit d’espèces plus hautes, comme certaines graminées (Brachypode penné). Le sol s’enrichit, s’épaissit, retient davantage l’eau et devient propice à l’installation d’espèces buissonnantes. Au terme de plusieurs années, le Chêne pubescent ou d’autres ligneux comme le prunellier, le peuplier et le robinier, sur les sols sableux, s’installent et la pelouse devient lentement forêt…

Certains phénomènes naturels peuvent enrayer cette évolution.

Les pelouses sur sable ont en plus la particularité d’être soumises au régime de la rivière qu’elles bordent. Les crues balaient ainsi plus ou moins régulièrement leur surface, rajeunissant les milieux et empêchant l’installation de buissons et d’arbustes. Un phénomène identique est parfois joué par l’érosion sur les pelouses calcaires installées sur les coteaux exposés aux vents.

Impact de l'activité humaine sur les pelouses

5. Tondre la pelouse sèche, oui mais avec les dents !

Comme le gazon du jardin, la pelouse sèche a besoin d’entretien. Là s’arrête la comparaison puisque le gazon du jardin est un tapis composé de quelques espèces végétales alors que la pelouse en regroupe une multitude.

Selon les conditions du milieu, le maintien des pelouses peut nécessiter la mise en place de diverses actions. La pelouse peut être fauchée mécaniquement mais les résidus de la fauche doivent être retirés afin de maintenir la pauvreté du sol et lui conserver ses caractéristiques.

L’homme peut aussi recourir à un autre type d’entretien, beaucoup plus écologique, en installant des troupeaux de moutons ou de chèvres. Ces derniers, composant leurs repas en fonction de leurs goûts et ne dédaignant pas les jeunes pousses des prunellier ou d’aubépine, empêchent ainsi l’envahissement de la pelouse par les buissons… Ce mode de gestion, renouant avec une activité traditionnelle pratiquée pendant plusieurs centaines d’années, permet l’expression d’une flore variée et redonne aux paysages ses allures d’antan.

Enfin, les lapins peuvent aussi en broutant la végétation et en grattant le sol contribuer au maintien des pelouses. Certaines, du fait de la pauvreté du sol, n’évoluent en revanche que très lentement.

Concilier activité humaine et conservation des pelouses sèches, milieux relictuels

Illustrations Thierry Cardinet

6. Répartition potentielle des pelouses sèches sur sols calcaires en région Centre

Voir la méthode de réalisation des cartes

Répartition potentielle des pelouses et lisières séches sur sols calcaires

La cartographie de potentialité intègre tous les types de pelouses sèches sur sols calcaires (végétations rases des dalles calcaires, pelouses sèches et très sèches sur sols calcaires) ainsi que les milieux associés avec lesquels elles sont souvent imbriquées (lisières sèches, fourrés de Genévrier, fourrés thermophiles…).

En région Centre, les zones les plus remarquables de ces complexes d’habitats se situent sur les coteaux des vallées de l’Eure, de l’Essonne, de la Vienne, de la Claise, de l’Anglin et de la Creuse ainsi qu’en Champagne berrichonne (notamment au gré des reliefs de la vallée du Cher), en Champeigne, dans le Richelais, dans le Sancerrois et dans les Puys du Chinonais. De manière plus sporadique ou avec un nombre d’espèces patrimoniales moins fort, on retrouve également ces milieux en vallée du Loir, de la Conie, de la Cisse, en Brenne ainsi que dans l’est du Loiret.

 

7. Répartition potentielle des pelouses sèches sur sables calcaires en région Centre

Voir la méthode de réalisation des cartes

Répartition potentielle des pelouses sableuses

La cartographie des pelouses sur sables calcaires montre que les sites les plus remarquables se concentrent dans le val de Loire (dont le Méandre de Guilly), dans la vallée du Cher, dans le Véron (confluence Loire/Vienne), les Puys du Chinonais et le Richelais (notamment le val de la Veude). Les zones mises en évidence en Sologne reflètent d’avantage la présence de pelouses sèches acides bien qu’il puisse exister quelques sites en Sologne viticole. Ces pelouses sont très rares à l’échelle nationale et la carte de répartition reflète la richesse encore présente en région Centre pour ce milieu.

Les acteurs de l'ORB Centre

Actualités




Des indicateurs mis à jour

19 oct 2018

7 indicateurs régionaux ont été actualisés dernièrement sur le site Internet de l’ORB ! Consultez les dernières données et analyses sur les espèces exotiques envahissantes, les SCoT Grenelle, la connaissance de la biodiversité floristique, les surfaces toujours en herbe et l’agriculture biologique en région.

Photothèque / Vidéothèque

encart accès à la photothèque / vidéothèque

Glossaire

Réseaux sociaux

Newsletter

Recevez nos dernières actualités !

Conditions d'utilisation

Le site www.orb-centre.fr est le site officiel de l’Obser